Vie numérique

L’internet gratuit n’existe pas (le ‘Zero-Rating’ expliqué)

Zero rating
Illustration créée avec des photos du site Flickr, sous licence Creative Commons : My Old Phone par Oracio Alvarado, WiFi symbol par Christiaan Colen et Small plate, black satin par Jay Wiese.
Solana Larsen
Written by Solana Larsen

Languages: Anglais, Portugais, Espagnol, Arabe

La lettre d’information ou Infolettre de Web We Want vous présente un sujet important et vous permet de vous informer en trois minutes ou moins. 


Quoi de neuf ?

L’internet gratuit n’existe tout simplement pas. Quand votre opérateur de téléphonie vous offre un pack ‘gratuit’ de data dans certaines configurations, cela signifie que lui ou un fournisseur de contenus règle la facture. Pourquoi font-ils cela ? Parce qu’ils sont en compétition pour obtenir de vous le payement d’un abonnement, votre  attention ou vos informations personnelles. Un certain altruisme peut faire partie également de l’équation  (il ne faut pas être trop cynique !) car abaisser le coût de l’accès à Internet permet à des personnes aux revenus plus modestes d’être en ligne. C’est ce que l’on appelle en jargon le ‘zero-rating’. Le programme Free Basics de Facebook est l’un des exemples les plus connus et les plus controversés mais presque la moitié de tous les opérateurs de téléphonie mobile dans le monde proposent aujourd’hui sous une forme ou une autre un abonnement ou une application ‘zero-rated’ qui permet d’accéder gratuitement à des sites ou applications tels que Wikipedia, Whatsapp ou Twitter. Le problème est le suivant : offrir un accès gratuit à  quelques services en ligne uniquement crée un précédent dangereux de segmentation d’Internet en fonction des utilisateurs (c’est-à dire, différents contenus pour différentes catégories de consommateurs). Cela donne aux entreprises le pouvoir démesuré de déterminer ce que nous faisons en ligne. Beaucoup de personnes pensent d’ores et déjà que Facebook, c’est Internet. D’autres ne comprennent pas que Facebook est sur Internet. Comment mettons-nous tout un chacun en mesure de découvrir qu’il y autre chose ?

Qui agit dans ce sens ?

Beaucoup de gouvernements ont des règlementations pour imposer la  “neutralité du Net” (en d’autres termes, que tous les contenus en ligne soient traités de la même façon) qui stipulent que certaines formes de ‘zero-rating’ attentent au droit du consommateur d’accéder au Web ouvert. La plupart de ceux qui militent pour les droits numériques sont d’accord sur le fait que la neutralité du Net est essentielle pour combler les fractures numériques, mais la question est de savoir s’il peut co-habiter avec des services ‘zero-rated’ populaires et renforcer la concurrence entre opérateurs pour que les prix baissent à terme pour tous les utilisateurs. De nouvelles études sont nécessaires pour comprendre  les menaces et les opportunités de cette question. Par exemple, le ‘zero-rating’ parvient-il vraiment à amener de nouveaux utilisateurs sur Internet ? L’Alliance for Affordable Internet (A4AI) a mené une enquête dans huit pays sur 8 000 utilisateurs de l’internet mobile, qui prouve que 1 personne sur 10 seulement utilise le ‘zero-rating’ pour naviguer sur Internet pour la première fois. Pour les millions de personnes qui souhaitent accéder à l’intégralité du Web gratuitement, de nombreuses nouvelles applications offrent des ‘crédits’ pour avoir un accès à Internet sur mobile en échange de publicités, du téléchargement d’une application, ou même du remplacement de la sonnerie de l’appareil par des jingles. Mais certaines de ces applications sont de véritables cauchemars pour les données personnelles et ponctionnent plus d’informations personnelles et  comportementales sur l’utilisateur que celui-ci ne devrait l’autoriser (s’il en était conscient, ce qui n’est pas le cas). La défense de la neutralité du Net est importante pour orienter les fournisseurs d’offres ‘zero-rating’ et les entreprises actives sur le Net dans la bonne direction, y compris sur la question des droits à la vie privée, note Chris Marsden de l’université du Sussex  dans un article qui étudie les règlementations sur les  offres  ‘zero-rating ‘ et la neutralité du Net dans différents pays.  En réaction à l’offre Free Basics de Facebook,  très critiquée car elle n’offre pas un accès à tout Internet et ne protège pas la vie privée, alors que Facebook se vante par ailleurs d’apporter Internet aux gens, nous avons aussi vu des réactions constructives, comme celles de Andrew McLaughlin, Nanjira Sambuli et Steve Song.

Que puis-je faire ?

 

 

About the author

Solana Larsen

Solana Larsen

Solana Larsen is co-author of the cookbook "Recipes for a Digital Revolution". She writes a newsletter for Web We Want and helped create this website. Formerly, she was the managing editor of Global Voices Online. Solana is a Danish-Puerto Rican journalist and digital activist.

Leave a Comment